Destiny Clark Contre Monsanto et al

20STCV46616
Non renseigné
Jugement définitif
États-Unis, Comté de Los Angeles

Particuliers
Destiny Clark, au nom de son fils Ezra Clark, mineur
Monsanto
Paul R. Kiesel, Melanie Palmer, Fletcher V. Trammel, Melissa Binstock Ephron, William D. Shapiro, Brian D. Shapiro, Matthew D. Shapiro

Civil
Herbicide, Roundup, Glyphosate
Dommages et intérêts compensatoires, dommages et intérêts pécuniaires pour frais médicaux, dommages et intérêts punitifs et/ou exemplaires pour les actions délibérés, frauduleuses et imprudentes des défendeurs, honoraires raisonnables des avocats, frais de ces procédures.
Cour Supérieure de l'Etat de Californie de Comté de Los Angeles, États-Unis
1ère Instance

05 octobre 2021
Négatif
Dans une décision de 9 contre 3, le jury a estimé que l'exposition personnelle de l'enfant au Roundup n'était pas suffisante pour constituer un "facteur substantiel" dans le développement de son lymphome de Burkitt.
Loi nationale
Non renseigné

Le mineur Ezra Clark a été directement exposé au Roundup lorsqu'il accompagnait sa mère, Destiny Clark, alors qu'elle pulvérisait du Roundup pour contrôler les mauvaises herbes dans la résidence familiale et lorsqu'il jouait dans des zones qui avaient été fraîchement pulvérisées par des membres de la famille. Le 29 février 2016, à l'âge de 4 ans, le plaignant a reçu un diagnostic de lymphome de Burkitt, une forme rare et agressive de lymphome non-hodgkinien (" LNH "). Après avoir effectué un diagnostic différentiel suite à un examen des antécédents médicaux du plaignant, les experts du plaignant ont conclu, avec un degré raisonnable de certitude médicale, que l'exposition d'Ezra au Roundup était un facteur substantiel dans la cause de son LNH. Si la plaignante avait connu le risque de LNH associé à l'utilisation du Roundup au moment où elle a lu l'étiquette du Roundup avant de commencer à l'utiliser, elle ne l'aurait pas utilisé. Les auditions commencent le 13 sept. 2021. Contrairement aux affaires précédentes concernant le Roundup, celle-ci a fait l'objet d'une ordonnance de bifurcation qui a organisé l'affaire en deux phases. La première phase se limitait à la présentation de preuves axées sur l'exposition personnelle de l'enfant au Roundup et sur la question de savoir si elle était suffisante pour constituer un "facteur substantiel" dans le développement du lymphome de Burkitt. Dans une décision de 9 contre 3, le jury a conclu le 5 oct. 2021 que ce n'était pas le cas. L'affaire se serait poursuivie dans une deuxième phase si le plaignant avait gagné la première, mais la perte dans la première phase met fin au procès. Les avocats du plaignant peuvent décider de faire appel du jugement.